Home » Les Grandes Journees de La Constituante by Albert Mathiez
Les Grandes Journees de La Constituante Albert Mathiez

Les Grandes Journees de La Constituante

Albert Mathiez

Published August 7th 2012
ISBN : 9781153739818
Paperback
46 pages
Enter the sum

 About the Book 

Extrait: ...de deputes etaient rendus au chateau. Le Roi avait dit quon les appelat tous et on les rappelait dans la ville au son du tambour. M. de La Fayette arriva seul avec quatre officiers, les grilles du chateau lui furent ouvertes, il montaMoreExtrait: ...de deputes etaient rendus au chateau. Le Roi avait dit quon les appelat tous et on les rappelait dans la ville au son du tambour. M. de La Fayette arriva seul avec quatre officiers, les grilles du chateau lui furent ouvertes, il monta dans lappartement du Roi avec ceux qui laccompagnaient. La foule qui etait dans lOeil-de-Boeuf le suivit dans la chambre et lui entendit prononcer ces paroles: Sire, vous voyez devant vous le plus malheureux des hommes, de devoir y paraitre dans ces circonstances et de cette maniere. Si javais cru pouvoir servir plus utilement V.M. aujourdhui en portant ma tete sur lechafaud, Elle ne me verrait point ici. Le Roi lui repondit: Vous ne devez pas douter, M. de La Fayette, du plaisir que jai toujours a vous voir, ainsi que nos bons Parisiens- allez leur temoigner de ma part ces sentiments. Le general sortit sur-le-champ pour aller au-devant de ses troupes quil rangea en bataille dans la Place darmes et dans tous les environs. Des que les troupes de Paris arriverent, le regiment de Flandres, qui setait retire dans les Ecuries pour se mettre a labri du mauvais temps, sortit, faisant armes plates, decouvrit le bassin pour montrer quils netaient point charges- apres quoi, lon posa le fusil a terre, les cartouches a cote et les soldats firent demi-tour pour rentrer. On leur rendit aussitot les armes, et la fraternite setablit entre eux et la milice nationale. M. Mounier entra chez le Roi peu de moments apres la sortie de M. de La Fayette. Le Roi lui dit: Je vous avais fait venir pour mentourer des representants de la Nation, mais jai deja vu M. de La Fayette. Des que le general eut fait les dispositions necessaires au dehors, il revint chez le Roi, ou il resta jusqua une heure et demie. Il dit, en sortant, a la foule qui etait dans lOeil-de-Boeuf: Messieurs, je viens de determiner le Roi a de penibles sacrifices: S. M. na plus de gardes que...